On parle de réchauffement climatique, réchauffement planétaire ou également, par anglicisme, de réchauffement global, lorsque la température moyenne sur plusieurs années des océans et de l'atmosphère augmente à l'échelle de notre planète. Dans son acception commune, ce terme est appliqué au changement climatique observé depuis la fin du XXe siècle.

fonte_des_glaces2Il est admis par la majorité des scientifiques (2003) qu'il existe actuellement un phénomène de réchauffement planétaire. Selon la communauté scientifique, ce réchauffement est principalement du au "forçage anthropique", c'est a dire a l'augmentation des gaz à effet de serre d'origine anthropique dans l'atmosphère. Les scientifiques prévoient que le réchauffement planétaire va se poursuivre au cours du siècle prochain, mais l'amplitude de ce réchauffement n'est pas connue. Selon les hypothèses retenues et les modèles employés, les prévisions pour les 50 années à venir vont de 2 à 6°C.

svante_arrhenius8

L'hypothèse d'un lien entre la température moyenne du globe et le taux de gaz carbonique dans l'atmosphère a été formulée pour la première fois en 1894 par Svante Arrhenius.

En 1979, lors de la première conférence mondiale sur le climat, est portée pour la première fois sur la scène internationale l'éventualité d’un impact de l'activité humaine sur le climat. Cependant, le consensus scientifique sur le sujet est récent, et une controverse a existé dans ce milieu quant aux causes de ce réchauffement. Certains climatologues ont soutenu que le réchauffement observé n'est que la conséquence de phénomènes naturels (tells que les fluctuations de l'activité solaire et celles de l’orbite terrestre).

arctique1

Aujourd'hui, il existe toujours une polémique, certains auteurs mettant en doute la réalité du réchauffement planétaire, d'autres contestant son origine humaine, d'autre enfin mettant en cause l'objectivité des climatologues. Les personnes remettant en cause le consensus scientifique actuel préfèrent parfois employer le terme de variation climatique, qui insiste sur la périodicité des fluctuations climatiques de grande amplitude et de longue durée, et qui leur semble plus neutre.