Les activités humaines modifient-elles l'atmosphère ?

Le changement climatique est le résultat combiné de la variabilité interne du système climatique et de facteurs externes (naturels et anthropiques). Les émissions anthropiques modifient de façon considérable les concentrations de certains gaz dans l'atmosphère. Certains de ces gaz pourraient avoir des effets sur le climat en modifiant l'équilibre radiatif de la Terre mesuré en terme de forçage radiatif .

      

*      Les gaz à effet de serre, aux répercussions planétaires, ont tendance à réchauffer la surface terrestre en absorbant certains des rayons infrarouges qu'elle émet.

*  Parmi les autres gaz à effet de serre anthropiques importants, on trouve le méthane (CH4) (augmentation de 151% depuis 1750, 1/3 du forçage radiatif du CO2), les hydrocarbures halogénés comme les CFCs et leurs substituts (100% anthropiques, 1/4 du forçage radiatif du CO2) et l'oxyde nitreux (N2O) (augmentation de 17% depuis 1750, 1/10 du forçage radiatif du CO2).

  * Le principal gaz à effet de serre anthropique est le dioxyde de carbone (CO2). Les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone ont augmenté de 31% depuis 1750 à un niveau probablement jamais atteint au cours des 20 millions d'années précédentes. Cette augmentation est essentiellement due à la combustion de combustibles fossiles. Elle est également imputable aux modifications de l'utilisation des sols et plus particulièrement au déboisement.

croquis2

effetdeserre_s2

   *  Les aérosols anthropiques, aux répercussions régionales, ont une durée de vie courte dans l'atmosphère et ont tendance à refroidir la planète.

   *  Il est estimé que les facteurs naturels comme la variabilité du rayonnement solaire et des éruptions volcaniques n'ont que peu contribué au forçage radiatif au cours du siècle dernier.

Le changement climatique est-il bien compris ?

    * Des modèles climatiques complexes permettent de prévoir l'évolution future du climat. Les connaissances relatives à l'évolution du climat et leur incorporation dans les modèles climatiques se sont améliorées. Bien que ces modèles ne peuvent encore simuler tous les aspects du climat, les experts ont toutefois davantage confiance en leur capacité à fournir des projections utiles. Ils peuvent désormais reproduire le réchauffement climatique observé au cours du 20ème siècle en tenant compte à la fois du forçage anthropique et naturel.

*     Cependant, des recherches plus approfondies sont nécessaires afin de mieux déceler et déterminer les causes du changement climatique, de mieux le comprendre, de l'anticiper et de réduire les incertitudes.

    *  Quel impact les activités humaines ont-elles sur le changement climatique ?

ours1A la lumière de nouvelles preuves et tout en tenant compte des incertitudes qui subsistent, on peut établir de façon probable que l'essentiel du réchauffement de ces 50 dernières années (représentant environ 50% du réchauffement des 120 dernières années) est dû à l'augmentation des concentrations de gaz à effet de serre.
Il est très peu probable que le réchauffement observé ces 100 dernières années soit dû à la seule
variabilité interne du climat. Il est également peu probable  qu'il soit entièrement d'origine naturelle.

La controverse: principales causes

Les modèles peuvent aussi être utilisés pour estimer l’importance relative des divers facteurs naturels et humains.

Les causes du réchauffement planétaire ne sont pas généralement sujettes à controverses. Ce qui est plus discuté est la contribution relative de chacune des causes possibles. Parmi celles-ci on peut citer :

    burnforest67 

1.     la rétention de la chaleur par l’atmosphère, amplifiée par les gaz à effet de serre ;

2.      les fluctuations de l’activité solaire ;

3.     la réflectivité de la surface terrestre qui est modifié par la déforestation ;

4.      la généralisation de l’automobile à l’échelle planétaire.

La plupart des modèles montrent qu’il faut tenir compte de l’émission de gaz à effet de serre d’origine humaine, qui pourrait partiellement expliquer le réchauffement observé entre 1976 et 2000. Dans son rapport de 2001, le GIEC, l’organisation scientifique sue le changement de climat de L’ONU, conclut que les gaz à effet de serre anthropogéniques « jouent un rôle important dans le réchauffement global ».

Le 7 juin 2005, les académies des sciences des pays du G8 (l’Allemagne – Deutsche Akademie der Naturforscher Leopoldina, le Canada – Royal Society of Canada, les Etats-Unis d’Amérique – National Academy of Science, la France – Académie des sciences,l’Italie- Accadelia dei Lincei, le Japon – Science Council of Japan, le Royaume-Uni – Royal Society, la Russie – Russian Academy of Sciences) et celles des trois plus gros pays en voie de développement consommateurs de pétrole (la Chine – Chinese Academy of Sciences, l’Inde – Indian National Science Academy, le Brésil – Academia Brasileira de Ciencias) ont signé une déclaration commune à Londres, affirmant que le doute entretenu par certains à l’endroit des changements climatiques ne justifie plus l’inaction et qu’au contraire, il faut « enclencher immédiatement » un plan d’action planétaire pour conjurer cette menace globale.

Certaines de ces causes sont d’origine humaine, comme la déforestation. D’autres sont naturelles, comme l’activité solaire. Enfin, l’effet de serre inclut à la fois des causes humaines, comme la combustion de sources d’énergie fossiles, et des causes naturelles, comme les émissions volcaniques.

Des simulations climatiques montrent que le réchauffement qui a eu lieu de 1910 à 1945 peut être expliqué par les seules variations du rayonnement solaire.